ICBD 2012

Il était une fois un conte qui racontait le monde entier.

En réalité ce n’était pas le seul : beaucoup d’autres contes peuplèrent le monde d’histoire de fillettes désobéissantes, de loups séducteurs, de chaussures en verre et de princes amoureux, de chats malins et de soldats de plomb, de gentils géants et de fabriques de chocolat. Ils le remplirent de mots, d’images, de personnages extraordinaires et intelligents. Ils nourrirent le rire, la peur, le partage. Ils peuplèrent le monde de sens. Et depuis, ces contes se sont reproduits pour nous répéter qu’il était une fois un conte qui racontait le monde entier.

Lire, raconter ou écouter des contes nous permet d’exercer notre imagination comme s’il était nécessaire de l’entraîner pour la maintenir en forme. Un jour, sans nous en apercevoir, une de des histoires surgit dans nos vies et nous donne des solutions originales pour surmonter les obstacles qui se présentent sur notre chemin.

En lisant, racontant ou écoutant ces contes à haute voix, nous répétons un rituel très ancien qui a joué un rôle essentiel dans l’histoire de la civilisation : former une communauté. Autour de ces contes se sont réunis les cultures, les époques, les générations, nous unissant, japonais, allemands, mexicains ; lecteurs du XVII siècle et nous qui lisons un conte sur internet ; les grands-parents, les parents et leurs enfants. Au delà de nos différences, les contes nous enrichissent tous de la même manière parce que nous en sommes en fait les protagonistes.

A la différence des organismes vivants qui naissent, se reproduisent et meurent, les contes qui surgissent emplis de fertilité peuvent être immortels. En particulier, ceux nés des traditions populaires qui s’adaptent aux circonstances et au contexte dans lesquels ils sont lus ou réécrits. Il s’agit de contes qui, parce nous les reproduisons ou les écoutons, nous transforment en coauteurs.

Et il était une fois aussi un pays riche en mythes, contes et légendes qui voyagèrent pendant des siècles, de bouche à oreille, pour enseigner sa conception de la création, raconter son histoire, offrir la richesse de sa culture, pour exciter la curiosité et faire sourire. C’était aussi un pays où peu d’habitants avaient accès aux livres. Mais ceci est une histoire qui a commencé à changer. Aujourd’hui les contes parviennent jusqu’aux recoins les plus isolés de mon pays, Mexico. Et en rencontrant leurs lecteurs, ils accomplissent leur mission : créer une communauté, donner aux familles et aux individus de nouvelles possibilités d’être heureux.