Journée internationale du livre pour enfants

Margaret Mahy- Un Message pour la Journée internationale des livres pour enfants 2007

 

Je n’oublierai jamais le moment où j’ai appris à lire. Avant, quand j’étais très petite, les mots se hâtaient devant mes yeux comme des petits scarabées noirs désireux de s’échapper de moi. Mais moi, j’étais un peu plus intelligente qu’eux. J’ai vite appris comment les reconnaitre même s’ils courraient très vite. Et finalement, je pus ouvrir un livre et comprendre ce qui était écrit là. Je pouvais lire moi même les histoires, les blagues et les poèmes.

Vous imaginez, j’ai eu des surprises. La lecture me donnait du pouvoir sur les histoires, mais en retour, les histoires aussi avaient une emprise sur moi. Je n’ai jamais pu y échapper. Cela fait partie du mystère de la lecture.

Tu ouvres le livre, tu te laisses emporter par les mots et soudain l’histoire explose en toi .Ces petits scarabées courant en lignes droites à travers la page blanche se transforment d’abord en mots qu’on comprend et ensuite en images magiques et en événements. Même si certaines histoires semblent n’avoir aucun rapport avec la vie réelle… même si elles mêlent toute sorte de surprises, et étendent les limites du possible, comme une bande élastique, finalement, les bonnes histoires nous ramènent à nous-mêmes. Elles sont faites avec des mots et les hommes ont très envie d’avoir des aventures avec les mots.

La plupart d’entre nous commencent par écouter. Quand nous sommes bébés, nos mères et nos pères jouent avec nous en récitant des comptines, jouant avec nos doigts, (« Ce petit cochon va au marché »), frappant dans les mains (« pat a cake ! pat a cake »). Ces jeux avec les mots sont répétés à voix haute et nous, les enfants, nous écoutons et rions. Plus tard nous apprenons à lire ces empreintes noires sur la page plate, et même quand nous lisons en silence, il y a toujours une voix. A qui est cette voix ? Ce pourrait bien être votre propre voix, la voix du lecteur mais c’est plus que ça. C’est la voix de l’histoire qui parle dans la tête du lecteur.

Il y a bien sûr beaucoup de façons de raconter une histoire aujourd’hui. Les films, la télévision racontent des histoires mais ils ne se servent pas des mots comme les livres. On demande souvent aux auteurs qui écrivent des scénarios pour les films ou la télévision de couper des mots. « Laissez les images raconter l’histoire » disent les experts. Nous regardons la télévision en compagnie d’autres personnes, mais quand nous lisons, nous sommes généralement seuls.

Nous vivons à une époque où le monde est rempli de livres. Chercher parmi les livres fait partie du parcours de lecteur, lisant et relisant. C’est une partie de l’aventure que de chercher, dans cette jungle sauvage de textes, une histoire qui va soudain surgir comme un magicien… une histoire tellement passionnante et mystérieuse qu’elle va transformer le lecteur. Je crois que chaque lecteur vit pour le moment où l’univers quotidien bascule un peu, laissant la place à une nouvelle plaisanterie, à une nouvelle idée, à une nouvelle possibilité qui devient réalité par le pouvoir des mots.

« Oui, c’est vrai ! » s’écrie une voix en nous. « Je te reconnais ! ». La lecture est vraiment passionnante n’est-ce pas?